virus-solution-purifier-air

S'équiper d'un purificateur d'air en 2022 : une solution durable contre tous les virus.

Selon la déclaration officielle du Premier ministre Jean Castex, le 14 mars 2022 marquera la fin du port du masque en intérieur (à l’exception des transports, EHPAD et établissements de santé). Un véritable espoir de retour à la vie “normale”. Cependant, cela n’équivaut pas exactement à retourner à la vie d’avant. En effet, d’après le ministre de la Santé Olivier Véran, nous vivons une “phase de transition endémo-épidémique”. En outre, les récentes variations de la Covid (notamment avec le variant O-micron), ont été prouvées moins pathogènes que les mutations précédentes. Ce phénomène laisse donc présager un tournant endémique du virus. Un fait confirmé par Marco Cavaleri, chef de la stratégie vaccinale de l’agence européenne des médicaments (EMA) « Nous ne devrions pas oublier que nous sommes encore dans une pandémie. Néanmoins (…) nous nous dirigeons rapidement vers un scénario plus proche de l’endémicité. » 

1. En 2022, on continue de s’équiper :

a) Vivre avec la COVID19 : 

Cela veut dire que nous allons devoir apprendre à vivre avec. Dans une forme moins grave, comme c’est le cas avec la grippe, par exemple. Effectivement, la courbe de mortalité se stabilise et le virus s’installe sur le temps long au sein de notre société. Face à ce constat, les appareils de traitement de l’air doivent plus que jamais demeurer sur le devant de la scène. Leur capacité à éliminer les virus et les bactéries de l’air ambiant va demeurer un enjeu une fois la pandémie reléguée au rang d’épidémie.

En effet, le contexte sanitaire actuel a prouvé que bonne qualité de l’air et diffusion du virus étaient étroitement liés, selon l’Etude de l’OMS d’août 2021 sur Le recours à des unités mobiles de purification de l’air pour limiter la transmission du SARS-CoV-2 par voie aéroportée.

Ainsi, afin d’envisager plus sereinement le futur, il s’agit de prendre les mesures nécessaires afin de purifier l’air. Et ainsi, d’endiguer la contamination des virus.

b) Recommandations officielles 

Le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique afin de réduire les risques de transmission du SARS-CoV-2 (mai 2021) recommande la mise en place d’une stratégie environnementale de maîtrise de la qualité de l’air par l’aération dans chaque établissement recevant du public. Dans le contexte où la ventilation d’un lieu serait insuffisante ou bien impossible, les locaux sont encouragés à suivre le protocole suivant. Si possible, revoir l’organisation et la jauge d’accueil à la baisse. Dans le cas contraire, ils doivent envisager l’utilisation de purificateurs d’air.

Cette deuxième option doit être précédée par une étude technique recensant les moyens d’aération/ventilation existants. Cette dernière doit également prévoie le nombre d’appareils nécessaires afin d’assurer une filtration suffisante de l’air de la pièce à purifier. La disposition des appareils doit tenir compte des obstacles éventuels à la circulation de l’air. En outre, elle doit éviter de diriger les flux à hauteur de visage. 

Ainsi, avec les recommandations officielles, on peut observer que l’utilisation d’un purificateur tend de plus en plus à devenir un réflexe. Cela signifie que ce marché va continuer de progresser. 

purificateur-air-solution-microbes

c) Une solution contre tous les virus 

Le contexte de la Covid à permis de mettre en avant le purificateur d’air comme une solution contre les virus. Chaque année, les mêmes épidémies de grippe et de gastro surviennent. Et si nous pouvions y mettre un terme ? En effet, les espaces clos sont les plus propices à la propagation des microbes. Aussi, des maladies telles que la grippe se transmettent par la respiration ou encore les éternuements, qui projettent des gouttelettes contaminées. On parle alors de contamination “aéroportée”. Afin d’endiguer ce phénomène, il est donc important de purifier l’air. Cela permettrait de minimiser la propagation des maladies. Et ainsi, de préserver la population. 

2. Le purificateur d’air par oxydation évolutive : une technologie durable et efficace

a) Sur le plan sanitaire : 

Il est crucial que le recours aux épurateurs s’installe avec les bons réflexes. Car ils ne se valent pas tous. En effet, il y a une véritable dichotomie entre la technologie de captation et la technologie de destruction. Alors que la première capte les particules (inférieurs à 0,3 µm) dans des filtres qui n’agissent pas sur tous les polluants ; la deuxième détruit tout ce qui passe dans la machine. 

Chez Naolyz, nous avons conçu une technologie qui agit contre tous les polluants. En effet, l’oxydation évolutive avancée, active grâce à une source lumineuse, des propriétés oxydantes et neutralisantes. Ces dernières viennent découper la chaîne carbonée des molécules polluantes et contaminantes. Cette solution personnalisable permet de traiter  spécifiquement les polluants auxquels vous êtes confrontés. Ainsi, micro-organismes (virus, bactéries… responsables des contaminations), particules fines dont allergènes (de <0,1 μm jusqu’à >10μm, à l’origine de l’asthme et des maladies respiratoires) composés organiques et minéraux (perturbateurs endocriniens, formaldéhydes, méthane, radon, benzène,…) sont neutralisés. 

Une solution efficace à 99,999%, alors que les purificateurs d’air à filtre ne le sont généralement qu’à 99,9%. A priori, la différence est de 0,099%, soit infime. Mais quand les particules se comptent par millions, et qu’il en faut peu pour provoquer une allergie, une contamination ou autre, l’exigence est indispensable.

Purificateur-d-air-naolyz

b) Sur le plan environnemental  

Le contexte environnemental actuel nous pousse à préférer des solutions durables pour éviter les problématiques de consommables liées à ce domaine. Ainsi, privilégier des machines produites à l’échelle nationale ou bien locale, permet de limiter son impact environnemental. C’est pourquoi les purificateurs d’air Naolyz sont Made in Bretagne. Fabriqués dans les Côtes d’Armor, nos partenaires se situent à 500m du laboratoire. De plus, 95% des matériaux utilisés sont recyclables. Nous mettons un point d’honneur à optimiser nos produits à chaque étape de leur cycle de vie en matière d’environnement. 

Ainsi, nos machines nécessitent très peu de consommables. Grâce à l’utilisation de technologie LED, nous garantissons qu’aucun composé dangereux ne soit rejeté. Cela nous permet également d’éviter l’utilisation de mercure présent dans les lampes UV.

c) Dans le temps 

Obsolescence programmée et business model de consommables sont vraiment les ennemis d’une technologie responsable et qui dure dans le temps. Il est particulièrement important de s’attacher à la durée de garantie des purificateurs que vous souhaitez acquérir. Avec une durée de vie annoncée autour de 20 ans, les purificateurs Naolyz, garantissent un investissement pérenne sur le long terme. C’est pour cela qu’ils sont garantis 8 ans, avec une efficacité qui ne faiblit pas.

C’est le second point sur la durabilité : un purificateur d’air à filtre à une durée d’efficacité forcément limitée (en moyenne de 4 mois à un an), du fait que les polluants captés restent dans le filtre et le colmatent. Cela amène soit à un besoin en maintenance élevé, avec des coûts réguliers à prévoir. Soit, si vous en faites l’impasse, à une usure précoce de la machine, une durée de vie en-dessous de deux ans et donc une détérioration de la qualité de filtration.