5 raisons de mettre des purificateurs d'air dans les écoles

La purification de l’air dans les écoles est un enjeu majeur. Depuis le 1er janvier 2020, le contrôle de la qualité de l’air intérieur à été rendu obligatoire dans les établissements d’enseignement du premier et du second degré. Or, les résultats ne sont pas au beau fixe. En effet, la concentration des polluants dans l’air des écoles est parfois plus élevée que dans d’autres lieux de vie. Ainsi, selon une étude de l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur : la concentration en particules fines PM2,5 (des composés chimiques qui altèrent la santé respiratoire et cardiovasculaire) est quasiment deux fois supérieure au seuil fixé par l’Organisation mondiale de la Santé, dans 93% des salles de classe. Pour faire court, cela s’explique par la trop grande densité d’occupation des locaux et un renouvellement insuffisant de l’air. 

Or, une mauvaise qualité de l’air à de nombreuses conséquences à la fois sur la santé, mais aussi sur la concentration et le bien-être des publics scolaires. Des conséquences exacerbées par l’arrivée de la COVID. Et cela peut coûter cher. En France, chaque année, 19 milliards d’euros sont dépensés pour endiguer ce phénomène.

Ainsi, on peut se demander comment protéger la santé des élèves avec un purificateur d’air ? En quoi qualité de l’air et apprentissage sont-ils liés ? Comment le purificateur d’air permet-il de préserver les ressources ? De quelle manière répond-il aux enjeux sanitaires actuels ?

Nous vous avons sélectionné 5 bonnes raisons d’installer un purificateur d’air dans son établissement scolaire.

1. Protéger les élèves des polluants qui nuisent à la santé

On le sait, l’air intérieur est 8 à 10 fois plus pollué que l’air ambiant extérieur. Aussi, les sources de pollution en classe ne manquent pas : 
– Fournitures scolaire : colles et peintures sont sources de Composés Organiques Volatiles (COV)
– Produits ménagers : certains produits feutres, colles et peintures contiennent des COV, du parfum…
– Mobilier : généralement en panneaux de bois collés : émetteurs de COV (dans les peintures, vernis, et même dans le bois)

purificateurs-ecoles

Face à ce constat, le rôle du purificateur est d’aspirer l’air ambiant, l’épurer et le rejeter dans la pièce après l’avoir débarrassée des polluants ambiants : aérosols, poussière fine, bactéries, allergènes, polluants gazeux et parfums. Ce faisant, ils favorisent une meilleure circulation et qualité de l’air. Leur petit plus ? ils s’adaptent aussi bien aux petits qu’aux grands espaces. 

C’est simple, l’étude de l’université de Francfort menée en octobre 2020 sur la qualité de l’air révèle que l’utilisation de purificateurs d’air dans les salles de classe élimine 90% des polluants en 30mn. Les nôtres éliminent 99,9999% des polluants en une heure. Une efficacité redoutable pour un air pur. 

2. Favoriser l'apprentissage

Qui dit air intérieur pollué, dit fatigue, maux de tête, irritations des yeux et des muqueuses, difficultés de concentration, allergies respiratoires….

Ainsi, selon une étude espagnole publiée en 2015 dans le journal médical Plos Medicine, un haut niveau de pollution atmosphérique provoque un développement cognitif un peu plus lent sur les élèves concernés que sur ceux qui travaillent dans un environnement sain. En complément, une étude européenne portant sur 800 enfants dans huit écoles a montré que les scores des élèves aux tests de concentration diminuaient lorsque les niveaux de CO2 augmentaient. Cela s’explique par un système respiratoire encore en développement chez les enfants. Ils sont donc plus sensibles à la qualité de l’air.
Ainsi, la recherche a prouvé qu’une bonne qualité de l’air favorise l’apprentissage via une meilleure concentration et une réduction des maux de tête. Par conséquent, elle permet de réduire l’absentéisme. Un avantage non-négligeable pour la scolarité des élèves.

Concentration à l'école
covid-ecoles

3. Répondre aux enjeux sanitaires actuels

Combien de fois avez-vous entendu “épidémie de grippe dans la classe” ou encore “la classe est fermée à cause du COVID19” ? Covid, gastro, rhume, grippe… Ces maladies sont monnaie courante dans les établissements scolaires. Il faut savoir que les jeunes enfants sont les plus exposés aux risques infectieux. Et pour cause, ils passent 90% de leur temps dans des lieux clos. Or, qui dit lieux clos, dit contexte favorable à la propagation des microbes. En effet, lorsque l’on respire ou l’on parle, des particules microscopiques sont libérées dans l’air. C’est à ça que se collent les virus et les bactéries. Elles peuvent flotter dans l’air pendant des heures et adhérer aux objets ou aux vêtements et être transportées dans d’autres pièces. 

Les purificateurs Naolyz éliminent 99,9999% des polluants. Cela signifie tout simplement que les chances de propagation du virus deviennent infimes lorsqu’on est équipé.

La maladie n’est pas la seule problématique soulevée par l’épidémie mondiale. En effet, les données de l’UNICEF montrent qu’au moins un enfant sur sept dans le monde a été directement touché par des mesures de confinement. En outre, pour plus de 1,6 milliard d’enfants, leur éducation a été négativement touchée. La perturbation du quotidien, de l’éducation, des activités récréatives ainsi que les préoccupations liées aux revenus et à la santé de la famille ont provoqué un sentiment de peur, de colère et d’inquiétude pour l’avenir. Le port du masque à également provoqué une distanciation physique entre les élèves donnant lieu à une distanciation sociale, un sentiment de solitude. 

Ainsi, choisir d’équiper les classes avec un purificateur d’air permettrait un retour à la vie normale non négligeable autant pour la santé physique que pour la santé mentale des enfants. Or, quel est l’avantage de préférer un purificateur d’air aux capteurs de CO2 et à l’ouverture des fenêtres ?

4. Préserver les ressources

Aujourd’hui, la politique est d’appareiller les écoles avec des capteurs de CO2. Quand la concentration en CO2 dans une pièce de vie est trop importante, cela signifie que beaucoup de personnes ont respiré dans un même espace clos et que le risque de propagation des virus augmente. Dans ce cas, la ventilation de la pièce est insuffisante. Il est recommandé d’ouvrir les fenêtres. Et pas qu’un peu ! Ainsi, selon les déclarations officielles du gouvernement, en période de COVID, il faudrait ventiler la pièce toutes les 20mn pendant 5mn environ. Il faudrait également laisser fenêtres et portes ouvertes pendant les pauses. Ce qui n’est ni bon en plein hiver, ni en pleine canicule.  Merci les économies de chauffage et de climatisation !

Comme le dit Yann Lardeux, co-gérant de Naolyz “En période hivernale, les consignes d’aérations minent les budgets de certains établissements publics et scolaires notamment,

qui voient leurs budgets de chauffage exploser. Une hérésie économique et écologique.”

Ainsi, faire le choix d’un purificateur d’air, c’est également faire des économies de chauffage. Plus besoin d’ouvrir les fenêtres et de faire pénétrer le froid dans les classes en hiver au risque de rendre malades les élèves. Les écoles nécessitent une solution radicale. Face à ce constat, les purificateurs d’air Naolyz  sont efficaces contre tous les types de polluants à 99,9999% ! 

5. Rassurer les parents et les enseignants dans l’exercice de leur travail

Pour finir, les élèves ne sont pas les seules victimes de la mauvaise qualité de l’air. Les professeurs sont également touchés. 

En effet, entre enseignement à distance, maîtrise des outils numériques, mesures sanitaires, fermeture de classes…  Leur charge de travail et leur charge mentale ont été doublées. 

Un phénomène qui touche également les parents. Selon une enquête de l’Ifop publiée en 2021 sur l’impact du covid sur l’école, 81 % des parents d’élèves se déclarent inquiets face aux retards pris par leurs enfants. 

Il s’agit donc d’endiguer ce climat anxiogène afin de reconstruire une ambiance favorable à l’apprentissage et au développement personnel des enfants et du corps enseignant. 

Finalement, équiper son école avec un purificateur d’air, c’est faire le choix de protéger les enfants, le personnel et les parents. Et ainsi, de réduire les risques pour leur santé en leur offrant une meilleure qualité d’air possible.